bouloc

Acheter chez l’éditeur via amazon

Jean-Charles Bouloc est né le 25 novembre 1930 dans l’Aveyron en France. Après des études secondaires, puis les Beaux Arts, il part découvrir le monde. A l’âge de 18 ans, commence une jeunesse voyageuse, vouée à la peinture et au dessin. Il ira en Afrique (Egypte, Sénégal, Ghana…), réalisant des portraits, participant à l’expédition ethnologique de Lhote en 1956, puis mène une vie d’aventurier. Jean-Charles Bouloc retournera en Europe en 1957 pour s’y marier. Il aura une fille, Virginie. Les voyages reprennent au Brésil, en Afrique du Nord. En 1962, de retour à Paris, où il a créé une boîte de nuit. Il y rencontre Laiza et Francis Sandford, rencontre qui va l’emporter vers le Pacifique.

Il débarque à Tahiti Le 13 juillet 1962. Il a mis fin à son mariage et s’installe à Bora Bora. Ses premières années en Polynésie sont marquées par de nombreuses rencontres d’îles en îles, par son goût de peindre, ses premières expositions et le décès de sa fille en 1963. Il s’applique à découvrir les îles Polynésiennes, peint en s’imprégnant de son environnement. Sa première exposition à la Galerie Winkler date de 1964. L’année suivante, Jean-Charles Bouloc part aux Etats-Unis. Il restera trois ans à Hollywood, vivant de sa peinture, exposée à la Galerie MacKenzie où il aura le plaisir de rencontrer le peintre Andrew Wyeth. A son retour à Tahiti, il voyage à nouveau, aux Australes, aux Marquises puis au Cambodge. En 1969, il épouse Marguerite Liu, dont il aura deux fils, Stéphane et Dewi, et il ouvre une galerie d’antiquités orientales « Noa Noa » à Papeete. Il y expose sa peinture et celle d’autres peintres. Un de ses portraits sera choisi comme timbre officiel de la Poste de Polynésie française et obtient le premier prix de la Philatélie. Pendant trente ans, installé avec sa famille à Tahiti, Jean-Charles Bouloc, va quand même voyager abondamment en Asie (Cambodge, Vietnam, Chine, Indonésie…), élargissant le cercle, cette fois à la recherche d’étoffes, de tapis, d’objets de rituels, de céladon, de porcelaines pour alimenter sa galerie. Il reprendra ses travaux de peinture en 1980 et s’y consacrera totalement après la fermeture de sa galerie « Noa Noa » en 1990. Il exposait régulièrement à la galerie Winkler à Papeete. Jean-Charles Bouloc est mort début mars 2014 sur l’île de Tahiti.