Premier roman autochtone polynésien. Un roman expérimental. Un roman de révolte.

Ecrit en 1991, en plein coeur de ces années de modernisation à marche forcée de la Polynésie post nucléaire.

Un roman où révolte, nostalgie et fiction amoureuse s’entremêlent.

Un roman où, sur l’île de Ruahine (on reconnaîtra Huahine ou l’auteure vit encore de nos jours), se joue le choc des cultures, la domination et l’humiliation, le métissage et la conscience identitaire.

Qu’adviendra-t-il de cette Polynésie déracinée? Pourra-t-elle se relever, surmonter les plaies du nucléaire? Se révoltera-t-elle? Parviendra t elle a reconstruire une identité plurielle, vraie et solide?

Il faut dire que ce roman a marqué, a touché, a choqué, et a, à son tour, inspiré de nouveaux auteurs polynésiens à s’exprimer.

En sortant des clous de la pensée conforme, Chantal Spitz a ouvert une voie intellectuelle et politique.

En sortant des clous de l’académisme littéraire, Chantal Spitz a adopté un style qui a fait florès chez ceux qui l’ont suivie.

 

Si vous voulez acquérir « L’ILE DES REVES ECRASES, suivez le guide :

J’habite en Polynésie :

 

« L’ILE DES REVES ECRASES » est disponible dans toutes les librairies de Polynésie et dans les grandes surfaces.

Si vous ne le trouvez pas, rdv sur le site de l’éditeur : http://www.auventdesiles.pf/

J’habite ailleurs :

 

 

Commande par amazon